Ecrire pour exister…

La dernière fois que j’ai publiquement écrit, c’était il y a 1 an et 1 jour.

Coïncidence ? I don’t think so…

Je vous mentirais si je vous disais que mon point de vue n’a pas changé depuis… Hé oui, j’ai 22 ans maintenant, je suis une grande femme, n’est ce pas ?

Introspection.

Ma vie se rythme à cette activité mentale. Le fait de pouvoir prendre un temps pour regarder à l’intérieur de soi. Un peu weird comme définition…

Comme tout Etre-Humain, je suis guidé par mes émotions. Elles me dépassent bien souvent donc je prends le temps (trop souvent, parfois..) de voir qui je suis là, maintenant, tout de suite, qui je veux être, comment je suis, comment je me sens.

En effet, ces derniers mois, ces 12 derniers mois + 1 jour, j’ai été dans un ascenseur émotionnel. Ce, sur tous les points de vue de ma vie.

Nous arrivons, donc, à un point saillant. C’est un blog égocentrique, je ne viserai jamais qui que ce soit à travers mes écrits. Fin du point saillant.

En effet, tout d’abord, je me suis découvert un véritable amour pour l’écriture et la crème de la crème de mes lecteurs complimentent souvent ma plume. J’ai, également, compris que j’avais, régulièrement, BESOIN d’écrire. Je ne m’étouffe pas, plus, je crache sur papier… Là, est ma plus grande thérapie. Je peux écrire des larmes, des sourires, des rêves, des réalités. Quand je suis en face de mon stylo, je ne crains rien, je peux crier, il écoute tout au doigt et à l’oeil.

« Bonheur, si près, Bonheur, si loin… »

Nous étions proches cette fois, j’ai vraiment cru que je réussirais à t’embrasser de toutes mes forces pour ne plus jamais te laisser t’en aller. Une fois de plus, j’ai cru être spéciale, à mes propres yeux mais surtout aux yeux de quelqu’un.
Je pensais sentir du bout des doigts, ton frère, Stabilité. A peine effleurer, tout de suite échapper.
Toi, Bonheur, bulle d’adrénaline.

Chaque Etre-Humain a droit à sa dose de bonheur, pourtant, dès que mon tour semble arriver, tu me sautes.
Pourtant, tu sais que cet ascenseur émotionnel me renvoie à un nuage noir, à des sensations mal gérées et des idées sombres.
Cette fois, Bonheur, je ne t’avais rien demandé. Je ne t’avais pas prévu sous cette forme mais tu as quand même toquer à ma porte pour t’en aller en courant dès que j’étais prête à t’ouvrir.
Bonheur, je demandais juste un effet miroir. Que l’on m’aime autant que j’aime, qu’on me flatte autant que je flatte, que je sois priorité auprès de celles qui sont miennes.

La prochaine fois, Bonheur, laisses moi seule avec ta soeur, Indépendance. Je ne m’autoriserai plus le risque de m’investir sur un terrain glissant. A cause de toi et tes illusions, je me renferme un peu plus et dégrade l’image que j’ai de moi-même. A cause de toi, je ne crois plus, je ne sais plus, je n’attends plus.

A cause de toi et tes illusions, j’aime dans le vent.

Vent, qui emporte, encore une fois, un bout de ma personne.

Aliska Torvic Lopes Oliveira – 22 septembre 2016.

A tous mes lecteurs, prenez le temps de savoir quel type de personne vous êtes pour savoir qui vous serez. Où êtes vous ? Où allez vous ?

J’ai hésité à écrire et publié cet article qui traite d’un sujet bien souvent associé à du négatif. Pourtant, je me sens plus forte, plus confiante. Je me suis même tatouée un petit flocon de neige, symbole de l’introspection.

J’attends vos avis, quelqu’ils soient !

Photo: Google Image

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s